Hématome sous dural chronique

Enveloppes du cerveau et espaces méningés

Enveloppes du cerveau et espaces méningés

L’hématome sous dural chronique correspond à une collection de sang dans l’espace sous dural, c’est à dure entre la dure mère (une des méninges, soit enveloppe du système nerveux) et l’encéphale. Il ne s’agit donc pas d’une hémorragie ou d’un hématome dans le cerveau. C’est une pathologie fréquente, elle survient volontiers chez les sujets de plus de 60 ans car il existe alors une certaine fragilité des vaisseaux. Un autre favorisant est aussi souvent retrouvé à cet âge sous la forme d’un traitement anticoagulant pour souvent une pathologie cardiaque ou vasculaire. Le saignement initial peut être spontané ou provoqué par un traumatisme souvent bénin, qui passe volontiers inaperçu. L’hématome se constitue alors progressivement jusqu’à avoir un volume conséquent qui provoque alors une compression du cerveau.

Symptomatologie

Hématome sous-dural (face et profil)

Hématome sous-dural (face et profil)

Les modes de présentations sont très variables. Très souvent les céphalées (maux de tête) sont présentes. Quelques fois on assiste plutôt à une dégradation de l’état général du patient, avec perte d’autonomie progressive et très souvent rapidement alors une dégradation des fonctions supérieures (mémoire, réflexion) avec des troubles de la marche. Parfois c’est une épilepsie qui révèle d’l’hématome sous dural chronique. Plus rarement on rencontre des patients plus ou moins hémiplégiques, et parfois même des comas graves.

Bilan paraclinique

Le seul examen nécessaire et suffisant est le scanner cérébral. Il est relativement facile d’accès et donne des résultats très rapidement. Il permet d’apprécier la taille de l’hématome et sa position exacte et son retentissement sur les structures du cerveau.

Hématomes sous-duraux : Scanners

Hématomes sous-duraux : Scanners

Éléments de traitement

L’installation des symptômes se fait le plus souvent progressivement, il est rare d’avoir à intervenir en urgence. Le traitement peut être médical si les troubles sont peu importants et bien supportés par le patient. Il faut si cela est possible arrêter ou diminuer les traitements anticoagulants. La surveillance de l’évolution sur le plan neurologique et scannographique est la règle. Dans les autres cas, quand l’hématome sous dural chroniques provoque des troubles neurologiques, l’intervention neurochirurgicale est envisagée : il faut alors évacuer l’hématome après avoir réalisé un « trou » dans le crâne (trépanation). Les suites sont bien évidemment dépendantes de l’état neurologique et de l’état physiologique du patient avant l’intervention.




Remonter Retour à la liste des actus    Retour à la liste :